Blog

Samira Draoua, Présidente des Abeilles International

Samira Draoua s’entretient avec Caroline Britz pour Mer et Marine

Le point avec Samira Draoua, nouvelle présidente des Abeilles International

© Mer et Marine

Propos recueillis par Caroline Britz © Un article de la rédaction de Mer et Marine.

Samira Draoua, directrice générale d’Econocom France pour la branche financement, a pris la présidence des Abeilles International en septembre 2020, après avoir orchestré leur acquisition et intégration au sein du groupe. Alors que les Abeilles viennent de décrocher le contrat des remorqueurs d’intervention, d’assistance et de sauvetage (RIAS) affrétés par la Marine nationale et que les deux futures unités, pour le moment baptisées Garnet et Diamond, viennent d’arriver au Havre, Mer et Marine a fait le point avec la nouvelle dirigeante.

MER ET MARINE : Vous ne venez pas du milieu maritime, comment se passe votre arrivée dans ce secteur ?

SAMIRA DRAOUA : En effet mon parcours est plutôt jalonné d’expériences au sein de groupes internationaux spécialistes de la finance et des nouvelles technologies. J’ai rejoint Econocom en 2012 pour y occuper au départ la fonction de Directrice du développement international, puis pour devenir Directrice Générale de sa branche Financement. Ces expériences m’ont amenée à intervenir dans de nombreux secteurs dont celui du maritime qui m’a toujours particulièrement attirée et fascinée. J’ai maintenant la chance d’évoluer au quotidien auprès de marins passionnés et passionnants et de découvrir à leurs côtés un environnement à la fois ouvert et très pointu techniquement. En devenant armatrice, je suis fière de participer à la féminisation du secteur maritime en France dans la continuité des réalités internationales, tels que les armements grecs et norvégiens.

Comment se passe la transition et l’arrivée des Abeilles au sein du groupe Econocom ?

Nous connaissons les Abeilles depuis de nombreuses années puisque nous avons été leur partenaire financier depuis de nombreuses années. La réassurance apportée par le groupe Econocom, notamment au travers de son actionnariat solide, a très bien été accueillie par les équipes des Abeilles. Par ailleurs, Econocom n’est pas une banque mais un groupe multi-facettes, toujours dirigé par son fondateur depuis plus de 40 ans : les valeurs entrepreneuriales et humaines y sont fortes et la culture très proche de celle des Abeilles. Chez Econocom comme au sein des Abeilles, les collaborateurs sont audacieux et réactifs. Les équipes ont d’ailleurs beaucoup à partager notamment sur des sujets de management, de la valeur du collectif et de la gestion de crise. L’arrivée des Abeilles au sein du groupe se passe donc très bien et nous en sommes très fiers. Les Abeilles ont remporté l’appel d’offres des RIAS de la Marine nationale.

L’assistance et le sauvetage vont-ils rester les seuls métiers de l’armement ou envisagez-vous une diversification ?

La flotte actuelle est entièrement et exclusivement dédiée à l’action de l’Etat en mer. Nous avons cependant trois pistes de réflexion pour envisager de nouveaux champs avec nos marins et potentiellement pour nos navires et futurs navires. Le développement à l’international de nos Salvage Masters, qui ont des savoir-faire très largement reconnus en France et au-delà. La dépollution et la prévention des pollutions maritimes, qui sont des missions que nous portons tant aux Abeilles que chez Econocom. Econocom est par essence un acteur majeur de l’économie circulaire, qui est intégrée dans nos offres et nos actions depuis plus de 40 ans. Enfin, la digitalisation, où notre regard d’expert va nous permettre d’apporter une véritable valeur ajoutée au travers de l’intelligence artificielle, de drones … en tant qu’instrument d’assistance au service du marin et certainement pas en remplacement. Notre plan stratégique sera lancé en 2022 et déterminera précisément notre trajectoire.

Les Abeilles arment actuellement les navires au premier registre du pavillon français. Une ligne que vous souhaitez continuer à tenir ?

Nos marins sont notre priorité, nous embaucherons forcément des marins français, pour deux raisons : nous sommes sous pavillon français et leur savoir-faire est essentiel à préserver.

Emergency 24/24