Les ports d’attache

Les ports d'attache des navires de la société Les Abeilles International

Les 5 remorqueurs de la société Les Abeilles ont un port d’attache situé sur le littoral français. Leur répartition est étudiée pour couvrir l’ensemble des eaux territoriales de la métropole et de façon à réduire au maximum les délais d’intervention sur les éventuels sinistres. Affrétés par la Marine nationale, ils sont au service de l’action de l’Etat en mer et dès lors dirigés par les Préfets maritimes de chaque façade.

Tout au long du XXème siècle, en fonction de l’évolution du trafic maritime, différents ports ont servi de base d’intervention à des remorqueurs de sauvetage, tels les ports des villes de  Bordeaux, La Rochelle, Le Havre ou Marseille. La tradition maritime a donné à ces ports le nom de stations. Ce terme est toujours utilisé autant pour nos remorqueurs d’assistance aux gros navires en difficulté que, par la Société Nationale de Sauvetage en Mer (SNSM) qui participe activement au secours en mer.

©Marine Nationale
@Les Abeilles

Aujourd’hui, les capacités de surveillance des navires, les moyens de communication, et l’intensité du trafic maritime mondial ont conduit les autorités françaises à arrêter leur choix sur 4 stations d’assistance pour garantir les meilleurs délais d’intervention : Boulogne-sur-Mer (Haut-de-France), Cherbourg (Normandie),Brest (Bretagne) et Toulon Provence-Alpes-Côte d’Azur).

Chacun de ces ports est idéalement situé pour garantir les meilleurs délais d’intervention, dans chaque zone SAR (Search And Rescue) et dont la France a la charge. Placées sous l’autorité des Préfets maritimes, les équipes des Abeilles travaillent également en partenariat avec les Centres Régionaux Opérationnels de Surveillance et de Sauvetage (CROSS) qui coordonnent les opérations de secours en mer.

Les Abeilles Languedoc, Liberté et Bourbon en zone Manche - Atlantique

@Les Abeilles

La Manche est le couloir maritime le plus emprunté au monde et les facteurs de risques sont variés : courants, côtes acérées, mauvais temps, brume…  Par ailleurs, la densité du trafic de gros navires représente un danger permanent pour les côtes de la zone.

Chacune des 3 Abeilles affectées à la zone MancheAtlantique (LANGUEDOC, LIBERTE, BOURBON) veille sur sa zone d’intervention avec un regard attentif sur les dispositifs de séparation du trafic. Ces zones sont définies par l’administration française en accord avec les Etats voisins. En 2008, le gouvernement anglais a fait le choix d’abandonner l’affrètement permanent de navires dédiés à la protection des côtes. Des accords ont ainsi été passés pour intervenir dans leur zone de compétence en cas de besoin.

On retrouve ainsi des stations d’assistance réparties le long du trajet des navires de commerce, à proximité des dispositifs de séparation du trafic (rails) au large de l’île d’Ouessant ou bien dans le Pas-de-Calais par exemple. La majorité des opérations, effectuées par nos équipes basées dans ces ports, consistent à empêcher des navires marchands de sombrer ou de s’échouer sur les côtes françaises. Depuis la mise en place de ces stations d’assistance, nos remorqueurs ont permis d’éviter 50 drames d’envergure comparables à celui de l’AMOCO CADIZ ont été évités.

La taille des navires concernés varie de 30 mètres à 400 mètres et leur poids peut parfois atteindre 400 000 tonnes. Ils transportent jusqu’à 5000 personnes et offrent un fardage équivalent à 4 terrains de football.

La rapidité d’intervention compte énormément pour la réussite des opérations d’assistance. C’est pourquoi, en cas de mauvais temps, les remorqueurs s’avancent près des zones dangereuses sur coffre ou au mouillage, dont les positions apparaissent en vert sur les cartes.

@Marine Nationale
Sauvetage migrants
©Les Abeilles

Une nouvelle mission a vu le jour depuis 2011 : l’assistance aux naufragés venus d’Afrique subsaharienne d’Orient ou d’Europe de l’Est. Ils sont de plus en plus nombreux à tenter la traversée de la Manche sur de frêles esquifs. L’ABEILLE LANGUEDOC, basée à Boulogne sur Mer leur porte assistance sur ordre de la préfecture maritime de la Manche.

L'Abeille Flandre et le Jason en zone Méditerranée

@Shom

En Méditerranée, le trafic de marchandises transitant entre Suez et Gibraltar est là aussi très important. Les différents littoraux de la façade méditerranéenne sont confrontés à des enjeux environnementaux de grande envergure. La protection des côtes de Corse, particulièrement sensibles d’un point de vue écologique, est un challenge permanent.

L’échouement du COSTA CONCORDIA en 2012 et la collision de l’ULYSSE et du VIRGINIA en 2018 nous ont amèrement rappelé à quel point la mer méditerranée est une zone sensible.

Dans cette zone maritime, les facteurs de risques sont liés à la configuration du littoral, la variété des sinistres observés et la soudaineté des tempêtes. Cela implique une forte capacité d’anticipation. La configuration des côtes y est très particulière. L’expérience montre que le littoral de Corse est le plus exposé aux risques avec des vents très violents portants sur sa côte Ouest ainsi qu’un trafic important au cap Corse et dans les Bouches de Bonifacio, dont l’écosystème est très fragile.

Ainsi, le choix d’un port d’attache importe moins que la couverture de l’ensemble de la zone. On retrouve ainsi les 2 Abeilles – ABEILLE FLANDRE et JASON – basées à Toulon et se relayant très régulièrement sur différents sites (points verts sur la carte) permettant d’anticiper les sinistres en fonction des conditions météorologiques. Comme en Atlantique, différents accords internationaux portant sur la protection de la mer Méditerranée (PELAGOS, RAMOGEPOL,….) déterminent les zones de compétence de l’Etat français.

Le port de Toulon abrite également le plus grand arsenal naval français. Les navires de la société affrétés par la Marine Nationale y effectuent des missions ponctuelles au service de la Marine. Exercices, hélitreuillages, escortes, soutien de bâtiments militaires. Le JASON, remplaçant de la CARANGUE sur site assure le gros de ces missions, allant du support de plongée à la mise en œuvre de robots sous-marins, en passant par les travaux d’ancrage et bien sûr la lutte antipollution qui est sa mission principale.

@Les Abeilles
Emergency 24/24